Promosalons vous parle n°36 : Norvège

Situation sanitaire

Les autorités norvégiennes, saluées pour avoir su contenir la pandémie, soulignent aujourd’hui la nécessité de ne pas « gâcher les sacrifices consentis » en anticipant les effets catastrophiques d’une seconde vague épidémique. Même si les chiffres sont restés faibles depuis le début de la crise sanitaire (274 morts pour une population de 5,4 millions d’habitants), les autorités, qui ont très tôt opté pour un régime de semi-confinement, maintiennent un niveau de vigilance très élevé. Des mesures sanitaires sévères quasi-immédiates sont appliquées et varient selon l’évolution des taux d’incidence de la maladie et de la vulnérabilité des régions.

Villes Norvégiennes

Oslo connait ainsi depuis le 28 septembre un durcissement des mesures de restriction. Les rassemblements sont depuis cette date limités à 50 personnes (jauge maximale de 200 pour le reste du pays) et à 10 pour les rassemblements privés et familiaux. Les bars, restaurants et organisateurs d’évènements ont l’obligation d’enregistrer leurs clients/participants afin de simplifier le traçage en cas de contamination. Le port du masque a été rendu obligatoire dans les transports en commun dans la capitale ainsi que dans les lieux ou le respect de la distanciation sociale de un mètre n’est pas possible. La vente d’alcools est interdite dans les bars après minuit. Les employeurs sont, quant à eux, invités à renforcer leur dispositif de télétravail.
A l’inverse, Bergen, seconde ville du pays, surfe depuis quelques jours sur une vague d’assouplissement des mesures de restrictions après avoir fait figure de bon élève.

Déplacements internationaux

Les voyages non-essentiels sont fortement déconseillés vers les pays classés rouge, dont la France fait partie depuis le 8 août. Une quatorzaine de 10 jours est imposée aux personnes arrivant de l’ensemble de ces mêmes pays (le non-respect de cette quatorzaine entraine une amende de 2000 €). Les voyageurs arrivant de régions de la zone nordique et de pays de l’UE/EEE/Espace Schengen à faible taux de transmission sont exemptés de quarantaine. La Norvège n’a pas encore ouvert ses frontières aux voyageurs des pays situés en dehors de l’UE/EEE/Espace Schengen.

Salons

Enfin, côté événementiel, les salons, manifestations ou grands rassemblements du second semestre ont été annulés ou maintenus en format virtuel pour certains. C’est l’un des secteurs les plus touchés par la crise et la profession bénéficiera d’un plan de soutien exceptionnel incluant la prolongation de la période de prise en charge des indemnités de chômage partiel (un an). L’organisation de chaque événement (salons, culturel, sportif etc...) doit jusqu’à nouvel ordre être accompagnée d’un plan d’action sanitaire. Les organisateurs doivent eux-mêmes procéder à une évaluation des risques. Un schéma standard d’aide à l’évaluation des risques avec une check-list a été élaboré par les autorités.

Il s’agit-là d’un ensemble de mesures les « plus vigoureuses et les plus intrusives que la Norvège ait connu en temps de paix », dixit la première Ministre, Erna Solberg. C’est peut-être là le prix à payer pour garantir une reprise efficace de l’économie nationale. Tout comme ses voisins nordiques, l’économie norvégienne amorce déjà sa relance.

Sources :