Promosalons vous parle N°26 : COLOMBIE

Situation sanitaire

Bien que le pays ait été l’un des moins touchés d’Amérique Latine par la crise du Covid-19, le gouvernement colombien a mis en place, depuis le mois de mars, des mesures strictes afin de ralentir la propagation du virus : usage des masques et isolement préventif obligatoires, fermeture des frontières internationales à l’exception du transport des marchandises, non circulation locale sauf en cas d’urgence et interdiction d’événements massifs.

Situation économique

Les secteurs de l’événementiel, du commerce, du transport de passagers, de la restauration et du tourisme ont été fortement touchés. Une reprise progressive de l’activité économique du pays a lieu depuis mai par secteur. Aujourd’hui, dans les trois principales villes du pays, plus de 170 000 entreprises ont été autorisées à rouvrir. Il en est de même pour les centres commerciaux depuis le 1er juin.

Le gouvernement colombien a mis en place des mesures en matière d’aides fiscales et économiques (notamment pour le tourisme) afin de limiter les faillites et soutenir l’emploi. La réouverture des frontières et la reprise des vols internationaux sont attendues pour le 1er septembre. Concernant le transport aérien national, la reprise est prévue à partir du mois d’août. Une mise en place de protocoles de sécurité sanitaires stricts sera faite dans les aéroports et au sein des compagnies aériennes. La fin du confinement préventif obligatoire est fixée au 15 juillet 2020.

Du fait de leur importance stratégique pour l’approvisionnement de la demande nationale, les industries agricoles et agroalimentaires font partie de celles qui ont le mieux résisté à la crise. Ces dernières ont dû s’adapter et réinventer de nouvelles manières de produire et de consommer : circuits courts, plateformes de ventes en ligne pour le commerce de fruits et légumes, graines, machines agricoles… Les secteurs de la logistique, des TIC et services connexes, grâce au fort développement des plateformes d’e-commerce et des livraisons à domicile, ont également résisté. La gestion de la crise par le gouvernement a été saluée au niveau international et l’agence de notation Moody’s a décidé de maintenir le grade de Baa2 pour la Colombie.

Perspectives économiques post Covid-19

La Colombie devrait être l’un des pays les moins touchés par la crise au niveau du continent (prévision entre -6,1% et -7,2% selon l’OCDE). La reprise devrait débuter dès le second semestre 2020 pour se poursuivre et se consolider en 2021. Elle variera en fonction des secteurs d’activité.

Concernant le secteur événementiel, les manifestations publiques et privées impliquant un rassemblement de personnes sur un même lieu sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Les salons professionnels se sont donc adaptés pour répondre à ces mesures de sécurité sanitaire. Pour le moment, le salon de l’artisanat Expoartesanía est maintenu du 3 au 16 décembre. D’autres salons ont choisi la voie digitale tels que Franja Visual (optique, du 11 au 18 mai) et Colombiamoda (mode, du 27 juillet au 2 août). La plupart sont toutefois reportés en 2021, d’où un premier semestre particulièrement chargé l’an prochain avec FANYF (industrie des franchises, du 9 au 10 septembre), FIMA (environnement, du 21 au 25 juin), ALIMENTEC (agroalimentaire, en mars), FIB (industrie, du 21 au 25 juin) et FEDOPTO (Congrès National de l’Optique, en août).

Enfin, certains organisateurs attendent quant à eux un contexte plus favorable pour confirmer la tenue de leurs événements qui auront lieu fin 2020 ou en 2021. C’est le cas d’Expocontrucción y Expodiseño (construction, bâtiment et design d’intérieur, en mai), Agroexpo (secteur agricole) et Exposolar Colombia (énergie), tous deux en juillet.

Promosalons Colombie a réalisé une enquête qualitative, entre mi-juin et début juillet, auprès de professionnels colombiens ciblés quant à leurs intentions de visites des salons français dans les mois à venir.
Celle-ci fait ressortir les points suivants :

  • La priorité est la sortie de crise du pays.
  • Présence sur un salon dans le seul but de faire des affaires.
  • Pas de frein particulier en matière de sécurité sanitaire pour la France car confiance est donnée au pays et aux organisateurs.
  • Réticence, actuellement, à se rendre sur des salons américains.
  • Inquiétudes relatives à la date de réouverture des frontières, à la hausse potentielle des prix des billets d’avion et aux conditions d’annulation des vols.