Promosalons vous parle N°22 Belgique

Situation sanitaire en chiffres au 7 juillet 2020

62 058 cas Covid-19 ont été recensés depuis le début de l’épidémie pour 9 774 décès (moyenne actuelle par semaine  : 4,6) répartis comme suit  : Flandre  : 4 902  ; Wallonie  : 3 388 et Bruxelles  : 1 484.

L’immunité collective face au coronavirus est estimée au très faible taux de 4,3% de la population globale. Une moyenne de 81,7 nouveaux cas quotidiens ont été constatés sur les sept derniers jours, soit une moyenne de 10,2 nouveaux cas par 100 000 habitants sur la dernière quatorzaine. À ce jour, tous les indicateurs sont toutefois au vert et le déconfinement par phase se déroule selon le processus annoncé par les autorités.

Déplacements

A ce jour, il n’y a plus aucune restriction pour la zone Belgique-Luxembourg avec la France. Les Belges privilégient les déplacements professionnels en voiture pour se rendre à Paris. Ainsi, les flamands rejoignent fréquemment Paris de ou via Lille.

Contexte politique

Les élections de mai 2019 n’ont pas encore abouti à la formation  d’un gouvernement fédéral. La crise du coronavirus a interrompu les négociations  ; le gouvernement actuel en charge des affaires courantes a été ajusté, complété et vu confirmés ses pleins pouvoirs de gestion de cette crise sans précédent.

Actuellement, la pandémie étant considérée en voie d’extinction par les Belges la situation a changé, ces pleins pouvoirs ont été levés et les négociations ont repris dans l’objectif d’avoir un gouvernement de plein exercice en vue de gérer la crise économique et sociale à venir. De nouvelles élections, si elles ne sont pas à l’ordre du jour, ne sont toutefois pas à exclure en cas de blocage. Les gouvernements régionaux sont, quant à eux, de plein exercice et ce bien avant la crise sanitaire car résultant des élections régionales concomitantes de mai 2019.

Contexte économique

(source  : bureau fédéral du plan www.plan.be et banque nationale www.nbb.be)
L’impact estimé de la crise du Covid-19 sur les finances publiques est chiffré à 46 milliards d’euros. Le recul du PIB pour 2020 est estimé à -9% avant un rebond attendu pour 2021 de l’ordre de 6% à 7%.

Contexte moral pour les déplacements sur les salons français

La crainte d’une potentielle seconde vague se confronte à une nécessaire résilience et à la volonté d’aller de l’avant. Mais le manque de visibilité sur la situation sanitaire et la capacité économique du pays à endurer un éventuel reconfinement font naître une appréhension et une vigilance inégalement partagées dans la population. Les participants aux salons ont besoin de cerner la situation avant de se mobiliser  : à quoi ressembleront ceux qu’ils souhaitent visiter  ? Quid des accès, des vestiaires, des hôtels, des restaurants, des taxis  ? Les offres des salons seront au préalable scrutées avant toute décision de s’y rendre. Il faut donc communiquer et accompagner les participants dès que possible, être pédagogiques, clairs et transparents afin de conforter l’adhésion et la solidarité (tout le monde est concerné et a son rôle à jouer).

Marché belge de l’événementiel

source  : Karel De Groote Hogeschool
Plus de 3 200 entreprises emploient 80 000 personnes (réparties à parts égales entre employés et free-lance). 21% de ces firmes sont des organisateurs (77 000 événements par an au sens large, 67% en BtoB, 27% en BtoC et 6% en CtoC) et 79% de celles-ci sont des fournisseurs ou prestataires en charge de la logistique (catering, construction de stands, locations de sites…).

Covid Event Risk Model (CERM)

Élaboré sur une base de vingt paramètres par les acteurs de l’événementiel, les autorités publiques et les experts scientifiques, ce modèle, approuvé par le GEES (groupe de dix experts en charge du déconfinement), soutenu par l’ensemble des autorités locales, régionales et fédérales, et applicable aux événements touristiques, sportifs, culturels et d’entreprises en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, a pour but de mesurer le risque lié à l’organisation d’événements.

Il est entré en vigueur le 1er juillet dernier et évalue au cas par cas le niveau de sécurité de l’événement concerné avant sa tenue. Un score est défini sur 100. En dessous de 45, la jauge est rouge et le risque considéré comme trop élevé ; entre 45 et 75, la jauge est orange et il convient d’apporter des améliorations à la sécurité de l’événement pour lui permettre de se tenir ; au-delà de 75, la jauge est verte et l’événement est jugé sécurisé et donc autorisé.

L’organisateur doit ensuite toutefois s’en remettre à l’autorisation de l’autorité locale qui a pouvoir de décision sur la tenue de l’événement même si celui a passé avec succès le test du CERM. Au 1er juillet, les capacités autorisées de rassemblement sont de quatre-cents personnes pour un événement en extérieur et de deux-cents en intérieur. Au 1er août, si les indicateurs restent au vert, ces volumes seront respectivement doublés.

Aucune date de reprise pour la tenue des salons n’est connue à ce jour

Cette décision est entre les mains du GEES et du Conseil National de Sécurité. À l’arrêt depuis le 11 mars, le secteur a adopté une attitude constructive et coordonnée et, dans le cadre d’un lobbying collégial, adressé de concert aux autorités, une «  proposition de soutien au secteur de l’événementiel belge dans le cadre de la crise liée au Coronavirus  »

Une version courte de ce plaidoyer (de quarante pages) a été publiée dans la presse  : exemple 1et exemple 2

Le 5 juin, les acteurs de l’événementiel ont aussi produit une lettre ouverte aux responsables politiques intitulée «  Vous nous avez oubliés   ». L’inquiétude de la filière s’est ensuite exprimée le 18 juin devant le Parc des Expositions de Bruxelles par une manifestation silencieuse.
À ce jour, les événements de masse et  non-assis sont toujours interdits jusqu’au 31 août prochain. Le 3 juillet, le secteur des salons, qui a besoin de visibilité pour anticiper sa reprise du dernier trimestre 2020, a assigné l’État belge en justice (https://www.febelux.com/fr/le-secteur-des-salons-assigne-letat-belge-en-justice/).

Les signataires de cette assignation sont  : Easy Fairs (cinq salons annulés, quatorze en danger), Fisa (deux salons annulés, un en danger), The Fair Experts (un salon annulé, deux en danger), Kortrijk Expo (gestionnaire de site et organisateur, à l’arrêt), Febelux  (fédération) et Be Matrix (fournisseur). Le prochain Conseil National de Sécurité se tiendra le 15 juillet .

Quelques rendez-vous clés du calendrier 2020

Événements annulés ou reportés  :

  • La Biennale Intérieure à Courtrai a annulé son édition 2020 et l’a décalée à la même période en 2021 (octobre). Le salon était jusqu’ici sur une biennalité en année paire (https://interieur.be/interieur20-21).
  • Le salon Tavola (alimentation fine et produits frais) à Courtrai, initialement prévu en mars puis reporté en septembre, a finalement annulé son édition 2020. Il se tiendra donc du 21 au 23 mars 2021 (https://www.tavola-xpo.be/fr/nouvelles-dates/). Le salon communiquera bientôt sur son événement digital voire phygital, Tavola Boutique, prévu du 13 au 15 septembre.
  • Le salon Intrafood (salon professionnel des matières premières, ingrédients, additifs, adjuvants et produits intermédiaires pour l’industrie alimentaire), prévu les 23 et 24 septembre, vient d’annoncer son report aux 3 et 4 février 2021, estimant qu’il n’y a pas un climat d’investissement favorable en ce moment au sein de l’industrie alimentaire.
  • Le Salon de l’Alimentation de Bruxelles (grand public), prévu du 17 au 20 octobre, a été annulé.
  • La Foire de Libramont (agriculture et élevage), grand rendez-vous annuel organisé fin juillet, est aussi annulée.
  • Empack (salon du packaging) a vu sa première édition, prévue à Namur le 26 mai, annulée.
  • Auto Technica et Service Station Carwash Bruxelles, prévus  du 29 mars au 1er avril, ont été reportés du 4 au 7 octobre.
  • Techni-Mat (salon des infrastructures et gros-œuvre), dont la première édition était annoncée à Courtrai les 25 et 26 mars, est reporté aux 7 et 8 octobre.

Événements communiquant sur leur tenue, sous réserve de décision des autorités

  • Aquarama (confex dédié à la technologie de l’eau) confirme sa tenue le 29 octobre prochain et s’annonce «  corona proof  ».
  • Le salon Horeca Expo est toujours annoncé du 22 au 26 novembre à Gand.
  • Interpom (salon européen de la filière pomme de terre) est toujours annoncé du 23 au 25 novembre (en 2018, il a rassemblé 326 exposants de 15 pays et 19 508 visiteurs de 49 pays).
  • Green (salon professionnel du secteur vert privé et public) se tiendra du 27 au 29 septembre.
  • Smart City Wallonia est attendu le 8 décembre.