Le mouvement dans la stabilité

Potentiel marché

(publié le 9/05/2019)

Prospère, dynamique, dotée d’une organisation ouverte et souple, la Suisse offre un cadre favorable aux affaires.

Célèbre pour sa neutralité et sa culture du consensus, la Suisse est un État fédéral qui repose sur trois niveaux politiques : la Confédération, les cantons, les communes.

Fruit d’un processus historique d’intégration, elle a conservé trois régions géographiques et culturelles  : la Suisse romande, la Suisse alémanique, la Suisse italienne.

Quatre langues officielles se côtoient : l’allemand, langue principale pour 63% de la population, le français (22,7%), l’italien (8,1%), le romanche (0,5%).

La Suisse jouit d’une situation économique solide. Elle possède l’un des plus hauts pouvoirs d’achat du monde et une compétitivité de premier rang, boostée par sa forte capacité d’innovation. Depuis sept ans, elle arrive en tête de classement du Global Innovation Index des pays les plus innovants du monde. Les investissements en R&D correspondent aux secteurs d’exportation (chimie, pharmacie, technologies de l’information et de la communication…).

La Suisse est également reconnue pour l’efficacité de ses procédures administratives, la clarté et la stabilité de son cadre règlementaire, la performance de son système de formation et la flexibilité de son marché du travail.

L’export vital de la Suisse

Avec un taux de croissance de 2,6%, le PIB suisse a atteint 581 milliards d’euros en 2018. Le pays peut aussi se targuer de faibles taux d’inflation et de chômage (respectivement 0,94% et 2,6% en 2018).
De par sa population réduite, elle se concentre sur l’export pour trouver des débouchés. Celui-ci représente 33% de son PIB, soit 268 milliards d’euros, avec un solde commercial excédentaire de 27 milliards d’euros.

Le tissu économique est constitué à 99% de petites et moyennes entreprises comptant moins de 250 salariés. Les services représentent près de 74% du PIB, l’industrie en représente 25% et l’agriculture moins de 1%.

Les secteurs porteurs sont :
• L’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux (industrie MEM)
• La chimie
• Le secteur pharmaceutique
• Les biotechnologies et techniques médicales
• Les services financiers
• Les Cleantechs
• Le négoce de matières premières
• Les technologies de l’information et de la communication.

Les produits français prisés

La Suisse est le 9ème partenaire commercial de la France. Plus de 30 000 entreprises françaises y exportent chaque année.

Les exportations françaises ont fortement progressé depuis 2010 et ont atteint un record en 2018, soit 16 milliards d’euros. L’excédent commercial de la France s’est élevé à 1,3 milliard d’euros.

Les échanges bilatéraux sont denses dans les secteurs de la pharmacie, de l’horlogerie et de la bijouterie-joaillerie. L’art de vivre/décoration, l’agroalimentaire ainsi que le secteur du BTP/Construction sont également essentiels. Les autres grands postes d’exportation de la France vers la Suisse se situent dans la branche des transports (véhicules automobiles, aéronefs et engins spatiaux, navires et structures flottantes).