DE NOUVELLES VOIES DE DÉVELOPPEMENT

Potentiel marché

(publié le 3/10/2019)

Acteur régional majeur, l’Algérie s’est engagée dans la diversification de son économie et le développement de secteurs à haute valeur ajoutée.

L’Algérie est le plus grand pays d’Afrique en termes de superficie. Selon le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), elle possède le deuxième meilleur indice de développement humain (IDH) de ce continent. Rappelons que l’IDH mesure le PIB par habitant, l’espérance de vie et le niveau d’éducation.

En 2018, son PIB s’est élevé à 178,3 milliards de dollars, avec un taux de croissance de 2,3%. Le secteur des services génère 44% de ce PIB et emploie près de 60% des actifs. Les hydrocarbures en génèrent 19%, l’agriculture 12%, la construction 12% et l’industrie seulement 6%. Les principales activités du secteur manufacturier sont l’agroalimentaire, le textile, les produits chimiques, les métaux et les matériaux de construction.

L’économie algérienne est excessivement dépendante de la rente des hydrocarbures.
Principale source de revenus du pays, ils représentent 94% de ses recettes à l’export. Cependant, depuis quelques années, le gouvernement affiche une volonté forte de diversifier l’économie et d’améliorer le climat des affaires. Des secteurs à forte valeur ajoutée tels que l’agro-industrie, les énergies renouvelables, les services et l’économie numérique ont bénéficié d’investissements considérables.

Des secteurs à forts potentiels

Plusieurs domaines jouissent d’un potentiel remarquable. Le marché de l’automobile est le deuxième en Afrique. En pleine croissance, il bénéficie de l’implantation de constructeurs étrangers. Le marché pharmaceutique est le troisième du continent. Il croît de 10% par an et la production locale permet aujourd’hui de couvrir plus de 60% des besoins. Dans la pétrochimie, vingt projets seront réalisés d’ici 2024.

En matière d’énergie renouvelable, un programme ambitieux est en cours avec le soutien de l’Union européenne. Le taux de pénétration de la téléphonie mobile a atteint 109% en 2017 grâce aux importations et à l’implantation de marques étrangères.

L’agriculture connaît une croissance moyenne de plus de 7% depuis cinq ans. Les principales cultures sont le blé, l’orge, l’avoine, les agrumes, la viticulture, les olives, le tabac et les dattes.

Quant aux industries agroalimentaires, elles progressent depuis quinze ans, notamment dans les filières céréales, lait, eaux et boissons. Enfin, dans le tourisme et l’hôtellerie, plus de 2000 nouveaux projets ont été agréés durant la décennie 2008-2018.

Les principaux clients de l’Algérie sont l’Italie, l’Espagne, la France, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Ses principaux fournisseurs sont la Chine, la France, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne. Il existe une réelle dynamique de collaboration entre la France et l’Algérie du fait de leurs liens historiques et de leurs proximités géographique et linguistique. Le français est souvent la deuxième langue parlée, après l’arabe. 450 entreprises françaises sont implantées en Algérie et 6 200 exportent vers ce pays. En 2018, la France a représenté 10% des importations algériennes et 11% de ses exportations (voir ci-dessous les principaux secteurs concernés).