Sophie Castagné, Directrice du GIE Objectif Transport Public

Du 10 au 12 juin 2014, TRANSPORTS PUBLICS, le Salon européen de la mobilité, s’est tenu à Paris-Porte de Versailles. L’occasion pour Promosalons de donner la parole à Sophie Castagné qui retrace pour nous le bilan de cette dernière édition.

Pouvez-vous nous décrire votre salon et les points forts de cette dernière session ?
Notre événement est un jeune salon mais qui est devenu très rapidement le grand rendez-vous des acteurs de la mobilité. Nous en sommes à notre 6e édition et rassemblons déjà 250 exposants et 10 000 professionnels. Le bilan de cette dernière édition a été positif malgré une grève de la SNCF et des taxis, rendant l’accès au salon assez difficile. Nous avons même augmenté le spectre des pays présents avec 58 nationalités représentées au lieu de 53 en 2012. Nous sommes très satisfaits de cette évolution et de la réussite de cette dernière édition.

En ce qui concerne nos points forts, nous pouvons en identifier 2 majeurs : notre visitorat très qualifié et notre offre très complète et diversifiée.

En effet, notre salon accueille près de 52% de décisionnaires de haut niveau tel que des directeurs généraux et 25% d’ingénieurs et techniciens, soit une grande majorité de décisionnaires et d’acheteurs. De plus, nous avons une part importante d’acteurs politiques tels que des sénateurs, députés, conseillers régionaux, maires…

Les matériels proposés sur le salon sont assez particuliers et nécessitent de gros investissements. Les investissements de transport public sont eux-mêmes très lourds avec des chantiers qui prennent du temps et font appel aux élus, à la concertation publique ou touchent aux infrastructures… c’est donc un salon très politique et de haut niveau, voilà ce qui nous caractérise le plus.

S’ajoute à cette spécificité le fait que le salon soit devenu le "Marché du transport public" en Europe. Le lieu où les professionnels du secteur viennent regarder les innovations et les produits des concurrents mais aussi chercher des prospects, rencontrer leurs clients, signer des contrats, comme dans tous les salons.
Les débats et tribunes d’experts sont également très prisés des visiteurs et sont une réelle valeur ajoutée du salon. Les principaux participants de ces événements sont pour la plupart des leaders mondiaux dans leur domaine.

Ainsi nous espérons développer davantage cette culture européenne du transport et faire de Paris ce forum de réflexion sur ce que doit être le secteur du transport public dans le monde, aussi bien dans des mégalopoles indiennes, mexicaines qu’américaines.

Quelle stratégie de développement à l’international avez-vous adoptée ?
Notre stratégie à l’international repose sur un principe très simple : la mobilisation des relais.
Le GIE Objectif Transport Public est une petite entreprise française qui rassemble les élus en charge du transport et les opérateurs français. Pour nous déployer à l’international, nous sommes obligés de passer par une stratégie de relais. Concrètement, cela implique une collaboration très étroite avec l’UITP (l’Union Internationale du Transport Public) qui dispose d’un réseau dans tous les pays du monde, et l’organisation d’un comité de promotion du salon. Ce comité européen regroupe les principales associations politiques ou institutionnelles européennes du secteur comme, par exemple, l’association italienne des opérateurs du transport public, l’association des élus régionaux du transport en Grande-Bretagne, etc.
Parallèlement, cette année nous avons accueilli un invité d’honneur qui, pour la première fois, était un pays en dehors de l’Europe, ce qui nous a ouvert énormément de portes : la ville de Curitiba, 5e ville brésilienne.

Transports Publics se revendique comme le salon de la mobilité européenne. Souhaitez-vous, prochainement, élargir votre champ d’action ?
Nous avons une croissance raisonnée, de par nos capacités d’investissement, mais aussi car nous n’avons pas encore utilisé complètement le potentiel du public européen.

Nous préférons faire un développement régulier et sécurisé. Il est important d’investir là où il y a le plus de rentabilité ; nous ne pouvons pas passer d’une petite échelle à l’échelle internationale sans passer par ces phases absolument nécessaires. Pour l’instant c’est un salon européen qui se développe en Europe.

Promosalons vous accompagne depuis quelques éditions déjà. Quels messages souhaiteriez–vous éventuellement passer aux délégations qui vous ont accompagnés ?
En effet, 7 délégations nous accompagnent depuis déjà 5 éditions pour la promotion du salon en Europe et cette collaboration est très importante pour nous. Promosalons est crucial pour Transports Publics, c’est d’ailleurs pourquoi j’ai décidé en 2013 de poser ma candidature à son conseil d’administration, pour m’impliquer encore davantage.

Cette année, malheureusement à cause d’une conjoncture difficile, le nombre global de visiteurs européens a légèrement baissé. Je pense que c’est le résultat d’une situation économique que nous subissons tous et en particulier dans notre secteur. Les acteurs du transport se recentrent sur les problèmes de leurs pays et ne se déplacent plus en dehors.

Les délégués Promosalons sont impliqués et fournissent du travail de qualité. Ils savent que nous attachons beaucoup d’importance au ciblage et à la bonne connaissance de notre public. Ainsi, il est important de travailler avec des bases de données toujours à jour et faciles d’utilisation.

Par ailleurs, nous apprécions beaucoup les propositions de nouvelles actions. Elles nous amènent à réfléchir à d’autres idées, à être créatifs et inventifs. Cependant, il faut garder à l’esprit que l’importance de notre investissement nous oblige à un rendement quantitatif et qualitatif maximum.

Nous attendons beaucoup des délégations, ils sont les porte-paroles de notre salon à l’international.