POTENTIEL DU MARCHE ISRAELIEN

Potentiel marché

(publié le 13/05/2015)

L’Israël

Nation classée parmi les plus puissantes du monde et résistant le mieux à la crise, Israël possède une économie solide et un commerce extérieur dynamique.

Voir les autres Dossiers pays

Membre de l’OCDE depuis 2010, l’état israélien fait partie des puissances économiques qui résistent le mieux à la crise, avec une croissance du PIB de 2,6 % en 2014. Il est intéressant de noter que le niveau de croissance moyen du pays entre 2007 et 2012 atteint les 4,4 %, soit une hausse ininterrompue depuis 7 ans (3,3 % en 2013).

Toutefois, malgré le bon développement économique du pays, le taux d’inégalité et de pauvreté reste fort (24 %) et l’économie du pays repose, en grande partie, sur les exportations (plus d’un tiers du PIB).

Les ressources naturelles en Israël sont limitées même si le pays exploite, depuis peu, d’importantes ressources en hydrocarbures. Certains produits agricoles comme le lait ou le coton classent le pays parmi les meilleurs en termes de quantité et de qualité. Les productions de vin sont également un atout du pays avec des ventes globales s’élevant à 220 millions de dollars.

Devenu leader sur le marché des technologies de pointe, la « Nation Start-up », comme certains l’appellent, dépense 4,5 % de son PIB en Recherche & Développement, soit l’une des proportions les plus élevées au monde dans ce domaine.

Ainsi, il n’est pas étonnant d’apprendre que le secteur des services représente plus de 78 % du PIB, l’industrie près de 20 % et l’agriculture 2 %.

Israël, un pays ouvert à l’international

Chaque année, Israël facilite les échanges commerciaux avec l’international grâce à la mise en place d’accords de libre-échange et de réformes des droits de douane.
Même si le pays se développe sur de nouveaux marchés tels que l’Amérique, l’Asie ou l’Afrique, l’Europe reste son premier partenaire commercial, avec 3,6 milliards de dollars d’exportations vers l’UE en 2013.

En 2012, 1,15 milliard d’euros sont dépensés par Israël pour l’importation de biens français. Les plus importés sont les produits semi-finis, les hydrocarbures et les biens de consommation (produits alimentaires et boissons, équipements techniques et de transports...).

Sources : BCS (Bureau Central des Statistiques en Israël), Direction Générale du Trésor en France